FABRICANT DE CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SOLAIRES THERMIQUES
Menu

Synthèse baromètre EurObserv’ER solaire thermique 2019

Synthèse du baromètre de l'EurObserv'ER sur le solaire thermique

Cet article est une synthèse du rapport effectué par l’EurObserv’ER sur le solaire thermique et le solaire thermodynamique. Voir le baromètre complet.

Après une longue décennie de décroissance, le marché solaire thermique de l’Union européenne destiné aux applications de production d’eau chaude et de chauffage semble enfin être entré dans un nouveau cycle de croissance. Selon EurObserv’ER, le marché européen a affiché en 2018 une hausse de l’ordre de 8,4 % par rapport à 2017, soit une surface nouvellement installée de 2,2 millions de m². Cette croissance n’est cependant pas uniforme selon les pays et les segments de marché.

Le marché européen était sur une tendance à la baisse depuis 2009. Il a enfin retrouvé le chemin de la croissance en 2018. Le solaire thermique semble enfin retrouver de l’intérêt.

Ces données de marché prennent en compte les systèmes utilisant les capteurs plans vitrés, les capteurs à tubes sous vide et les capteurs non vitrés. La surface totale de capteurs installée, fin 2018, en UE s’élève à 53,5 millions de m².

En France

En prenant en considération le marché français dans son ensemble, France métropolitaine et DOM, la surface installée des capteurs solaires thermiques est en nette augmentation. Avec 122 576 m² installés en 2017 et 156 122 m² en 2018, la surface installée connait une évolution de 27,37%.

Les DOM

Le principal élément moteur provient des très bons résultats du marchés des DOM.  Dans son ensemble, le marché des DOM a posé 95 418 m² en 2018, avec une croissance de 52,6 % par rapport à 2017.

En Guadeloupe, selon l’Observatoire régionale de l’énergie et du climat, 18 000 chauffe-eau solaires (CES) ont été installés en 2018 (7 000 en 2017). Cette croissance s’explique par la mise en place des CEE (certificats d’économie d’énergie) précarité, qui fait émerger une offre à 1 euro pour l’installation d’un CES et l’isolation thermique de la toiture pour les particuliers aux revenus les plus modestes.

A la Réunion, selon l’Observatoire régional Horizon Réunion, 9 682 chauffe-eaux solaires ont été installés (7 920 en 2017), hors installations collectives. La Réunion bénéficie quant à elle du succès du programme Agir Plus d’EDF (cumulable avec le crédit d’impôt), dont la prime a doublé en 2017. L’île de la Réunion finance également les chauffe-eaux solaires des ménages en situation de précarité énergétique avec un niveau d’aide permettant de couvrir les coûts d’installation.

France métropolitaine

De son côté, le marché métropolitain (France continentale et Corse) a augmenté de 7,3 % en 2018 pour atteindre 60 715 m². Cette croissance provient d’un surcroît d’activité dans le collectif. La progression dans le collectif est en bonne partie liée à la mise en service de projets lauréats des Appels à projets de l’ADEME portant sur les grandes installations solaires thermiques (réseau de chaleur, chaleur industrielle).

En revanche, la situation du segment de marché de l’individuel (chauffe-eau solaire individuel et systèmes combinés) en France métropolitaine reste très difficile et s’apparente désormais à un marché de niche. Les chiffres pour 2018 font état de 20 000 m² contre 25 365 m² en 2017. Le solaire thermique est concurrencé économiquement par l’eau chaude thermodynamique (pompe à chaleur double service) et par le photovoltaïque, mieux adaptés aux exigences de la réglementation thermique 2012.

Le reste de l’Europe

Positif

Le développement d’installations de capteurs solaires le plus positif vient de Pologne où le secteur a fait un bond de 180 %, de 111 100m² en 2017 à 310 000 m² en 2018. Ces bons résultats s’expliquent par la mise en œuvre des appels d’offres municipaux annoncés en 2017 et décidés au début de l’année 2018. Ces programmes locaux, qui bénéficient de fonds européens, ont été initiés pour combattre le brouillard de pollution généré par les appareils de chauffage domestiques fonctionnant au charbon encore très majoritaires dans le pays. Les professionnels du secteur s’inquiètent cependant de la dépendance du marché à ces procédures d’appels d’offres, une fois les programmes achevés. En effet, selon le Spiug, les ventes actuelles se réalisent à 80% dans le cadre d’investissements municipaux et 20% par le biais de canaux de distribution traditionnels.

Les autres points positifs à noter en Europe sont l’évolution maintenu du marché prometteur grec et le retour de la croissance du marché espagnol.

Moins positif

Certains marchés autrefois moteurs continuent de baisser. C’est le cas en Allemagne et en Italie. Si le marché allemand demeure le premier marché de l’Union européenne avec 573 500 m² installés en 2018, il ne parvient toujours pas à se stabiliser et affiche une baisse de 11,8 % par rapport à 2017. La baisse de ces marchés s’explique par la concurrence des nouvelles chaudières gaz à condensation, des technologies photovoltaïques en plein essor et des pompes à chaleur.

Résultats de l’observation

Le retour tardif à une croissance du marché solaire thermique ne sera pas suffisant pour que les pays de l’Union européenne atteignent les objectifs qu’ils se sont fixés pour 2020.

Un des freins identifiés est que le changement d’un système de chauffage et de production d’eau chaude est rarement programmé. Il se fait le plus souvent en urgence suite à une défaillance du système en place. Lorsque le problème est grave et qu’un remplacement est nécessaire, l’option la plus rapide consiste à opter pour une solution du même type. Cela rend plus difficile la diffusion d’équipements à énergies renouvelables.

C’est donc de manière préventive que les efforts doivent être menés sur le plan commercial afin d’aider les consommateurs à anticiper le remplacement de leur système. Le rôle des pouvoirs publics est certainement d’inciter les consommateurs à réaliser ce pas supplémentaire. Les deux grands axes sur lesquels les autorités peuvent agir sont des campagnes de communication actives ainsi que la mise en place de conditions de concurrence équitable entre les technologies.

Pour conclure

Le potentiel de la filière solaire thermique reste très significatif. L’utilisation du solaire thermique dans les bâtiments et l’industrie reste une des solutions les plus pertinentes à explorer pour augmenter la part des sources d’énergies renouvelables.

L’industrie européenne du solaire thermique, si elle reste en difficulté sur le marché du résidentiel, poursuit sa réorganisation et se renforce sur ses nouveaux relais de croissance. Le premier d’entre eux est le solaire thermique appliqué aux processus industriels. Selon l’Agence internationale de l’énergie, le secteur industriel compte pour plus de 30 % des besoins énergétiques en Europe et, pour cela, consomme en majorité des sources fossiles. Le solaire thermique dispose de technologies qui peuvent proposer des solutions à ces besoins spécifiques.